•  1er JOUR - BALADE MOTO PROVENCALE : 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......De façon à ne pas nous retarder , j’avais programmé une petite visite à Orange la veille de notre départ , chez Touratech.

    J’ai beaucoup apprécié l’accueil d’Yvon Bodelot ( l’importateur en France) et la visite du magasin .. en particulier des nombreuses « prépas-Touratech » sur base de 800 ou 1150 GS. Je suis reparti du magasin avec quelques « bricoles » pour ma Tiger 800 , un beau T-Shirt et le catalogue d’accessoires ( aussi épais que le bottin téléphonique !).

     

     

     

     

     

     

    Le lendemain le mistral est tombé , il fait chaud , très chaud même de bon matin ! C’est pourtant tout harnachés de nos blousons , bottes et gants , que Cécile et moi-même entreprenons de suivre la route que nous avions pris soin de tracer à deux quelques semaines auparavant .

    D’ailleurs , de nombreuses fois au cours de ce périple , nous aurons envie de choisir une tenue plus légère , à l’instar des nombreux motards locaux , qui adoptent eux plus volontiers le kit chemisette-espadrilles-short ;  un conseil donc : il vaut mieux selon moi entreprendre cet itinéraire un peu plus tôt dans l’année de façon à éviter cette chaleur suffocante !

     Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

     Un premier arrêt nous conduit prés de Fontvieille au fameux Moulin D’Alphonse Daudet , auteur des fameuses «  Lettres de mon moulin »  ..Belle entrée en matière pour une balade provençale....

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

       Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Quelques kms plus loin , on attaque les premiers contreforts des Alpilles avec la très belle route des Baux de Provence .

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......  

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je ne suis pas monté au village ,on vient pourtant de l’Europe entière pour visiter ce « plus beau village de France » . Aussi , le million et demi de visiteurs par an qui arpentent  ses ruelles m’a fait un peu renoncer . 

     

     

     

     

                        Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......             Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Par contre j’ai énormément apprécié la route qui passe au pied du village , en particulier lorsqu’elle est taillée à même les blocs rocheux du val d’enfer .

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    A défaut de visiter "Les Baux de Provence " ,  on a ainsi trouvé quelques beaux points de vue sur le village  et le Parc Régional des Alpilles. 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ...... 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

      La route nous conduit aussi aux « Carrières de lumières » des Baux de Provence .Ici on utilise les parois et le sol des immenses carrières souterraines pour projeter un spectacle multimédia dédié aux œuvres de Van Gogh et Gauguin .

                            Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......      Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    On a tous deux beaucoup appréciés cette visite . En premier lieu , car il était bien agréable de se retrouver au frais alors que le mercure dépassait allègrement les 33 °C à l’extérieur .Et enfin car le spectacle est éblouissant : projetées sur des parois de 14 m de haut avec un excellent choix de musiques , les peintures révèlent tous leurs détails , s’animent ,  prennent vie : on se sent transporté au cœur du monde coloré de ces deux peintres ! Reposant , magnifique et magique ! 

     Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......


      

     

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Une fois les vidéoprojecteurs éteints , on peut aussi admirer la beauté minérale du lieu .

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Il est presque 13 H quand on atteint la petite ville de Saint Rémy de Provence , on gare la moto à l’entrée de la ville et on flâne dans les ruelles à la recherche d’un restaurant.

           Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

           Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......     Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    C’est finalement sur une petite place , à l’ombre de ces vieux platanes aux troncs gris et tachetés que nous avons déjeuné . 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ...... 

    Peu après la sortie de la ville ( sur la D5) , on croise le site archéologique de Glanum .

    Le riche passé antique de Saint Rémy nous transporte à l’époque Romaine  et de quelle façon ! On est accueilli par un superbe arc de triomphe ( 30 avt J.C) et un mausolée ( 20 apr J.C)  visible du bord de la départementale. 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Pendant que Cécile visite à son tour les deux monuments , j’en profite pour faire quelques clichés de la flore et de la faune locale : 

            Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......           Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......            Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

     Passé le village de Maussane-les-alpilles on engage les roues de la moto sur l’une des plus belle portion de ce premier jour . les petites  départementales D78 et D25 sont un régal :  des rangées d’oliviers sont  accrochées sur les pentes de collines brulées par le soleil , des cyprès et des pins maritimes ainsi que le parfum  de la garrigue complètent  ce condensé de paysage Provençal ! 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......  

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

     On traverse alors quantité de petits villages  typiques dont certains sont évidement « labellisés « plus beau ...... »  , à l’image de Bonnieux et la belle vue qu’il offre sur la campagne environnante . 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Ou encore , Lourmarin qui étale des pittoresques ruelles à l’écart de son beau château du XVe S . 

                              Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    On est allé aussi boire une petite « mousse » dans le village de Ménerbes , assurément la bière la plus chère et la moins rafraichissante que j’ai jamais consommé !

    payé  4 euros pièce ( prix Luberon ! ) , j’avais à peine consommé la moitié de celle ci , qu’un frelon a eu la délicate idée de venir se noyer dans mon verre . 

                               Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......          Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......          

    Le serveur retire la bière mais ne la remplace pas car considérant que j’avais consommé  : sympa !

    C’est finalement vers 18 H que nous sommes content d’arriver à Oppède-le-vieux ; la fatigue , accentuée par la chaleur se fait un peu sentir !

    Je dirige alors la moto vers le Restaurant Célina qui propose aussi une chambre d’hôte . Je vous conseille vivement cette adresse car ,pour un prix raisonnable,  on à été merveilleusement accueilli dans cette véritable bastide familiale .

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......  Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ...... Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Le soir venu nous nous sommes régalés de l’excellente cuisine de Céline : des plats concoctés uniquement avec des produits frais et choisis , le tout servi par un personnel d’une grande gentillesse ...

     

    2eme JOUR - BALADE MOTO PROVENCALE : 

    Au matin de ce deuxième jour , le ciel est d’un bleu soutenu , notre première étape est le village des bories prés de Gordes . 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    L’origine des bories , ces habitations en pierre sèche , remonterait à plusieurs siècles .

    On trouve ce type de bâtis en plusieurs endroit des Bouches-du-Rhône  , mais ici ils ont été très bien restaurés et apparaissent tel qu’ils s’élevaient lorsque les derniers habitants les ont abandonné ( au XIXe S ).

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

     C’est amusant ,mais sous ce beau soleil,  je leur trouve un air de cahute Africaine !

     

    La moto s’élance ensuite en direction de Roussillon ; je m’amuse d’ailleurs sur ces départementales du Luberon à lire les multiples panneaux et recommandations : parfois instructifs ou persuasifs «  contrôles radar fréquents » , ils sont la plupart du temps une invitation à la gourmandise.   Ici «  Miel de lavande » ailleurs «  huile d’olive des Baux » ou bistrot «  Le César » ....

    Nous voici donc à Roussillon , second village du Lubéron le plus visité ! Le village , perché sur sa colline étale ses façades colorées .

    A l'entrée du village, on salut pas mal de monde ! Il faut dire que de nombreux motards de la région sont aussi en balade dans le coin . Leurs tenues d'été nous font rêver à nouveau .... mais la sécurité a un prix , aujourd'hui c'est celui de quelques gouttes de sueur ! 

             Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......         Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Une fois blouson, casque et gants  prestement retirés , on se promène dans les ruelles : Le rouge des habitations rappelle inévitablement les couleurs chaudes des falaises ocrées qui entourent la localité.

    Mais ,plus que le village, ce sont les anciennes carrières d’ocres que nous sommes venus voir . 

    Pour une somme relativement modique ( 2 euros 50 ) on accède au « sentier des ocres » et son étonnante palette de couleurs flamboyantes. 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Cette fois ci le décor me fait penser à un décor de Western !

    Ces falaises ou buttes de sables ocrés , après avoir été creusés de la main de l’homme sont aujourd‘hui façonnés par le bon vouloir de la pluie et du vent . 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    C’est très beau mais aussi très fréquenté en cette fin d’été . ( vous n’imaginez pas la patience dont j’ai du faire preuve pour réaliser un tel cliché !)

    A la sortie des carrières , et après un brin de toilette ( les ocres ça tache les bottes ! ),  je décide de rouler en limitant les pauses ;  la chaleur commençant à se faire pesante .

    Le revêtement est parfois chaotique mais sans gravillons , J’adopte alors la conduite la plus «cool » possible :  une balade à moto le nez au vent,  tant pour admirer le paysage que pour respirer l’air du pays. 

    Il est bien dommage  que l’appareil photo ne puisse pas enregistrer les senteurs de ces routes provençales , comme ces odeurs de garrigues ou de pins « rousigués » (=grillés) par le soleil !

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    L’itinéraire nous fait alors arriver  sur Venasque par la Départementale D4 qui traverse de magnifiques gorges : Je pousse alors un peu plus la Tiger 800 en enquillant virages et épingles sur une bonne quinzaine de km ! 

    Mais le plus beau reste à venir car une fois franchit la localité de  Villes-sur -Auzon c’est une des routes provençales des plus belle qui s’offre à tout motard : la D942 et les fameuses Gorges de la Nesque .

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Ici la nature est à la fois sauvage ,  rude , abrupte et préservée ! 

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    On croise plus de motards ou de cyclistes venus là pour se « chauffer » avant l’assaut du Ventoux,  que de camping-cars .... et c’est tant mieux tant le plaisir de conduite est immense dans ces impressionnantes Gorges  .

    Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ...... 

    J’ai tout de même pris le temps de m’arrêter pour saisir quelques clichés et laisser porter mon regard sur la grande beauté de ce coin de Provence.

     Moto, cigales et oliviers ....une balade dans les Alpilles ......

    Voilà ... la route passe ensuite à proximité de Bédoin et le Malaucène , si vous en avez le temps ne manquez pas l’ascension du Ventoux ( déjà décrite dans une autre balade

    Pour notre part nous sommes rentrés directement sur Orange car l’orage grondait sur le « Géant de Provence » .

    Les vacances sont finies pour moi ....Il ne vous reste donc qu’ à venir  découvrir par vous-même les magnifiques paysages et les villages  de cet itinéraire Provençal .

    Bonne route à tous . 


    5 commentaires
  • A lire ICI  

     Nouvelle balade : 3 jours de moto , des burons du Cézallier au gorges cévenoles .

    bonne lecture et bonne route . 

     


    votre commentaire
  • Cela faisait longtemps que je souhaitais parcourir les petites routes de Lozère et du Gard au guidon de ma moto.

    En effet , cette région réunit beaucoup d'atouts pour nous motards : une véritable mosaique de paysages , des routes sinueuses à souhait , un patrimoine riche , une nature qui reste trés bien préservée où l'on passe en quelques kms de montagnes arides à des gorges aux parois vertigineuses ...

    On ne vient pas ici pour découvrir un territoire , on en traverse plusieurs  , un pur bonheur motocycliste !

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     Ce qu'il ne faut pas manquer ( ou ce que j'ai préféré ) :

    - La descente du Col de Finiels sur le Pont de Montvert pour les paysages de chaos granitiques : superbe ! 

    - Les plateaux arides au sommet de Finiels

    - La petite D46 qui mène au "Point sublime" pour une vue imprenable sur les gorges du Tarn.  

    COMPTE RENDU - BALADE MOTO DANS LES CEVENNES 

    Ce matin , le soleil présente son plus beau bleu , il est donc grand temps de s'attaquer aux routes Lozèriennes.

    Il vaut mieux partir tôt,  car ma première étape est de gravir au sommet du mont Lozère , point culminant des Cevennes !

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.Pour celà je prend la direction du Bleymard par de petites routes au revêtement parfois dégradé , les choses s'améliorent toutefois un peu dans l'ascension vers le col de Finiels   ; à défaut d'un bon bitume on profitera de nos premiers lacets et des paysages qui s'embellissent au fur et à mesure de l'ascension .

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    Je retrouve de ce coté du col des paysages que j'affectionne particulierement sur "nos" Monts du Forez ..prairies vallonnées , parsemées d'éboulis rocheux entre lesquels poussent des mottes pourpres de bruyère .

    Il fait beau ( même si le fond de l'air est frais  ce matin là ) , je m'arrête pour saisir quelques clichés juste avant le parking du col de Finiels. 

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    il y a aussi sur les bas cotés , quelques chardons et des épilobes du plus bel effet  .. allez encore une autre photo du Tigre en liberté ! ( je l'aime bien celle là  )  

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     Arrivé au col,  je vous conseille de garer la moto pour réaliser une petite rando ( 1 H ) vers le pic de Finiels . En fait, le Mont Lozère est une sorte de grand plateau qui s'étend sur une trentaine de km ; son sommet pouvant être ( facilement) atteint par le GR qui débute au pied du panneau du col . 

    Le sentier suit les pas de Robert Louis Stevenson , l'écrivain Ecossais auteur de l'Ile aux trésors, qui à la fin du siècle dernier ( 1878) , entreprit un voyage en solitaire ( avec son ânesse dénommée  "Modestine" ) à travers les Cevennes.

    De ce périple haut en couleur , il écrivit un livre "Voyage avec un âne à travers les Cevennes"  

    A n'en pas douter il n'a pas dû être trop dépaysé en passant par là car c'est ,tout comme en Ecosse,  une "terre de bruyère":

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    A mi chemin  , les versants du Pic de Finiels se couvrent d'éboulis , ça et là emergent quelques arbres qui peinent à pousser :

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    En approchant du sommet , la végétation se fait plus rase , une pelouse d'altitude recouvre les crêtes du mont Lozère . on est alors accueili par "d'étranges" pierres plantées semblables à des menhirs.

    Elles me font penser à des "guetteurs" surveillant le passage des randonneurs qui arpentent ce désert de crêtes ventées.

    Elles servaient en fait de bornes pour délimiter les parcours et forêts car le mont appartenait jusqu'en 1795 aux Chevaliers de l'ordre de Malte .

    On retouve d'ailleurs, sur certaines d'entres elles, la célèbre croix de Malte taillée dans le granit .  

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     - Le sommet à 1699 m :

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    - Les croix de malte : 

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     

     De retour à la moto on entame alors la descente sur le Pont-de-Montvert en longeant les pentes orientales du Mont Lozère. 

    Vous n'aurez pas à rouler longtemps avant de tomber sur l'un des endroits que j'ai préféré du parcours : sur les bords de la D20 , les flancs de la montagne se couvrent alors de boules de granite dégagées par l'érosion : un endroit magique !

    Je prend une fois encore mon appareil photo pour tenter de saisir la beauté de ce chaos de roches .

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS. 

     LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    magnifique n'est ce pas ? 

                              LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     

    Les belles départementales s'enchainent alors : D998 où l'on suit les méandre du Tarn qui n'est encore qu'une simple et paisible rivière , D996  où apparaissent les preniers canyons du parcours en direction du Mont Aigoual . 

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    Pour atteindre ce second sommet des Cevennes , la route serpente agréablement dans une forêt de hêtres , interrompus par endroit de quelques résineux montagnards .

    Je ne sais pas si c'est le beau temps et le besoin d'air frais sous la chaleur caniculaire qui commence à se faire sentir ( il est 13 H quand j'atteins le sommet) mais il y a, à mon goût,  beaucoup ( trop) de monde ,ce jour là,  à l'observatoire !

    Je retrouve un peu l'ambiance du sommet du Ventoux : parking bondé , faire la queue pour atteindre la table d'orientation ..D'ailleurs les quelques motards présents ne s'y trompent pas et ,tout comme moi, ne restent que peu de temps sur place !  

    En voici tout de même quelques clichés :

    - l'observatoire ( construit fin XIXe S ) semblable à un manoir :   

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    - du haut de la vigie , la vue s'étend au loin sur toutes les Cevennes , le Massif central ; on distingue aussi  le Mont Blanc et le Ventoux .

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    - Les crêtes se découpent à l'horizon dans toute une harmonie de dégradés de bleu , ici le mont Chauve de Provence qui se distingue au loin : 

                                 LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     

    Je redémarre alors la moto en direstion de Meyrueis qui marque l'entrée des gorges de la Jonte .

    Sympa cette petite vingtaine de kms : la route est belle , sinueuse et surtout bordée de hautes falaises creusées par la rivière et l'érosion . 

    Ce long travail , commencé il y a plusieurs millions d'années, a sculpté les roches en de longues murailles et d'étroit canyons aux formes parfois torturées, ici par exemple au lieu dit " l'arcade des bergers" :

     LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS. LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    On traverse aussi quelques beaux villages comme celui du Truel : 

     LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.  

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

      A la sortie des Gorges de la jonte , mon itinéraire bifurque plein Nord pour suivre ,jusqu'à Sainte - Enimie,  les larges et majestueuses Gorges du Tarn .

    ici encore,  le long de cette D907 , l'érosion a finit de creuser son oeuvre il y a bien longtemps !

    Né sur le mont Lozère, le Tarn a  dans cette région des Cevennes,  entaillé profondement les calcaires , modelant ainsi un paysage grandiose de défilés et de cirques.

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

    Aprés quelques kms ,  j'ai cependant quitté la D907 pour m'élever vers le "Point Sublime" .

    En bordure des corniches , ce point de vue panoramique se trouve sur le causse de Sauveterre à 870 m d'altitude.

    Pour le trouver on quitte la D907 au lieu dit "les vignes" ; une petite départementale ( D46) nous conduit par une magnifique série de lacets  jusqu'à l'aplomb du cirque des Baumes .

    Sur ce promontoire , on domine alors de 450 m le Tarn et ses méandres :

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     

    Jusqu'à Sainte Enimie , je traverse alors encore un chapelet de villages ou de hameaux pittoresques :

     LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.       LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     Il est alors temps pour moi de revenir à mon point de départ , le col de Monmirat passé , je mêne les roues de ma moto à travers la Lozère pour un dernier arrêt "archéologique" .

    Cette fois ci ,  je n'ai pas trouvé  de dolmen ( voir CR Sancy - Forez ) , il faudrait aller pour cela  du coté de la Causse Méjean.

    Alors je me suis arrété à Lanuéjols ( 48 ) où l'on trouve les ruines d'un ancien mausolée d'époque Romaine  ( IIIe S ap J.C) , signe d'une intense occupation antique dans la région : 

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS. 

    LES CEVENNES A MOTO : ENTRE MONTS ET CANYONS.

     

    Et voilà ... j'ai vraiment adoré cette boucle de prés de 300 km à travers les Cevennes . il y a encore tant à découvrir  ( les grottes de l'Aven Armand ou de Dargilan , la "Champ des Bondons" et son alignement de menhirs , la celèbre "corniches de Cevennes" que tout motard doit avoir au moins fait une fois ....).

    Bref , je reviendrai trés vite ici pour profiter encore de la rudesse et de la beauté des paysages Cévenols.

    bonne route à tous . 

     

     


    7 commentaires
  • Le lendemain matin je dois me rendre en Lozère de façon à donner un coup de main à mon père qui y restaure une vieille ferme. Pour celà, on peut evidement suivre l'A75 mais il y a bien mieux pour nous motards : traverser le département de la Haute Loire en suivant les eaux tumultueuses de la rivière Allier. 

    La haute vallée de l'Allier serpente jusqu'au village de Chapeauroux et le département voisin de la Lozère , un paysage verdoyant, valloné et rocheux où l'Allier y a taillé une vallée profonde .

    C'est aussi un pays au patrimoine riche. Pour ma part, je me suis arrêté au magnifique village de Saint Ilpize et posé les roues de ma moto dans celles des pas de la bête du Gévaudan .....

    Le haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     Ce qu'il ne faut pas manquer ( ou ce que j'ai préféré) :

    - la visite de Saint Ilpize , seul de bon matin .

    - La petite départementale D4 entre Lavôute-Chilhac et Chastels : superbe !

    COMPTE RENDU - BALADE EN MOTO DANS LE HAUT-ALLIER   

    Au petit matin me voici donc parti au guidon de ma moto en direction de Saint Ilpize , les premières petites départementales à proximité de Saint Just-prés-Brioude  ( D588 , D171)  ne sont pas de tout repos : le bitume est dégradé et, même en cette fin d'été,  reste particulierement parsemé de gravillons : vigilance donc !

    Finalement, c'est sans encombres que j'arrive à Villeneuve d'Allier  , petite bourgade qui fait face au chateau de Saint Ilpize auquelle elle est reliée par un élégant pont suspendu construit en 1877.

    Le haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

      Le haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    Ici on prend le temps de vivre , une voiture me cède le passage sur le pont , des cyclistes me saluent amicalement pendant que je m'élance sur les hauteurs....

    Encore quelques centaines de mètres à parcourir et je peux me garer au pied du chateau qui, du haut de son piton rocheux, domine la vallée de l'Allier.

    Le château a traversé le temps en bon état  jusqu'au XVIIe S où  il etait encore habité par Louis de la Rochefoucault ( qui prend alors le titre de Marquis de Langeac et Comte de Saint Ilpize)  .C'est à sa mort que le chateau est laissé à l'abandon et commence à se délabrer .

    L'ensemble est tout de même encore remarquable. 

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    On prend du plaisir à flaner entre les vieilles pierres et ce d'autant plus qu'il n'y a pas un chat .....

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    Ah si , y'en a un ....

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     

     

    On continue à pied pour profiter de la vue qu'offre le promontoire de saint iIlpize.

    Aucun touriste de bon matin, le site n'est que pour moi ...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    On distingue le pont suspendu qui enjambe l'Allier :

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     

     De retour à la moto , je prend alors la direction de Lavoûte-Chilhac par la D 585 , belle départementale qui longe la rivière , un bon bitume , la Tiger 800 avance prestement .

    Arrivé à Lavôute- Chilhac , je commence à rencontrer des automobilistes sur la route ; dans le village, la terrasse du café commence à se remplir ... j'ai donc envie de quitter un peu tout ce petit monde et de m'élever un peu !

    Je vais alors découvrir ( je ne connaissait pas cette portion)  l'une des plus belle route du parcours : la petite D4 qui s'élève de virages en lacets jusqu'àu village de  Chastels .

    D'ailleurs le panneau à la sortie de Lavoûte  est prometteur pour tout motard non ? 

     Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    Et ce n'est pas de la rigolade , des virolos , il y en a à profusion ! 

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    on a alors tout loisir de profiter d'un paysage paisible et grandiose à la fois , on passe au détour d'un virage d'une dense forêt à des escarpements rocheux écrasés par le soleil .

       Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    Soudain , entre les arbres apparaissent les tours blanches du château de la Valette .

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    La forêt recouvre fréquemment les versants du relief environnant mais ce que j'ai préféré ce sont les passages plus dégagés qui offrent de belles perspectives sur la vallée de la Cronze .

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    ici le passage par "la croix de Cronze" .

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     A hauteur de Pinols , je change de direction vers le village d'Auvers et du mont Mouchet tout proche ( déjà décrit dans une autre balade) .

    On franchit alors la "frontière" entre Haute loire et Cantal , parfois avec des "surprises" sur la route : en Corse ils ont des cochons , nous en Auvergne , on a des vaches sauvages et en liberté !  Et comme le dit le panneau "merci de votre visite et à bientôt dans le Cantal "

                               Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....  

     

    Sur la place du village d'Auvers ( juste en face de l'église et du petit musée  ) est erigé l'un des plus beau monument consacré à la bête du Gévaudan ( il y en a plusieurs dans la région). 

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    Cette statue ,de l'artiste Philippe Kaeppelin,  s'inspire d'un combat réel qui opposa Marie Jeanne Valet ,servante du curé de Paulhac , à la "bête du Gévaudan" ( 11 aout 1765) . Elle parvint à blesser au poitrail la bête avec une sorte de lance , si bien que l'on espera à l'époque que l'animal périrait de ses blessures. il n'en fut rien puisque les attaques continuèrent peu de temps aprés...

                             Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

       Sa baillonette est par ailleurs conservée :

            Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

      Bien que que son combat fut mentionné dans des ecrits , elle n'en tira à l'époque aucune gloire . La statue comble donc ce manque en faisant d'elle une héroîne . 

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     

     

     

    Quelques kms plus loin on passe d'ailleurs par le Village de la Besseyre-Sainte-Mary , sur le côté de la route , une plaque rend hommage à Jean Chastel , natif du village,  car c'est lui qui parvient finalement avec son fusil à tuer officiellement l'animal le 19 juin 1767 .

    La bête fut alors naturalisée sommairement et Jean Chastel la montra dans tout le pays pour récolter un peu d'argent .

    Au bout de quelques jours il la mit dans une caisse et partit à Paris pour la présenter au Roi ( dans l'espoir de toucher quelques sous !  ) . Lorsqu'elle fut présentée à Louis XV , celui ci,  incommodé par l'odeur ( on était au mois d'août ! ) ,  rabroua le chasseur et ordonna qu'on enterre l'animal . Et Jean Chastel s'en retourna sans récompense ! 

    Ce coup de fusil marqua la fin de l'histoire de la bête du Gévaudan. 

                            Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    A Saugues on trouve encore une statue monumentale et un musée consacrés à la "bête" ..preuve que prés de 250 ans plus tard, cette histoire déchaine encore les passions .

    Vous avez déjà  dû voir cette photo de la statue , elle est souvent photographiée dans les magazines de moto qui réalisent des reportages sur l'Auvergne : 

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Grrrrrrrr : le tigre et la Bête ! 

     

    A la sortie de Saugues , je me perds un peu dans le pays ... la moto traverse quelques forêts de pins bordées de champs de céréales . 

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

    En fait je suis la D32 qui offre quelques beaux points de vue surtout à l'approche de Chapeauroux et de son viaduc .

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     

    Le Haut Allier : sur la route de la bête du Gévaudan .....

     

    Passé Chapeauroux , je quitte alors les Gorges du Haut Allier pour rejoindre la ferme en restauration de mes parents à Chateauneuf de Randon ( 48 )  . Je gare la Tiger dans la grange pour quelques jours de travaux ... il me reste encore le plus beau à découvrir : le trés prometteur département de la Lozère !  

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • Celà faisait déjà quelques semaines que Richard, par forum interposé,  m'avait proposé de faire une partie de chemin ensemble sur nos belles routes d'Auvergne  . C'est donc avec grand plaisir que je l'ai acceuilli sur Vichy et que le lendemain matin, nous nous sommes élancés aux guidons de nos motos respectives ( Triumph Tiger 800 et BMW 650 GS ) vers les plateaux du Cézallier.

    On décrit souvent le Cezallier comme étant un "désert vert" pouvant faire penser aux steppes de Mongolie  ...il est vrai que ses immenses et verts paturages s'etendent à n'en plus finir . Assurément vous ne serez pas insensible au charme qui se dégage de ces grands horizons .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Ce qu'il ne faut pas rater ( ou ce que j'ai préféré !  ) 

    - l'enchainement de virolos du col de Chamaroux 

    - les quelques kms qui relient le col des fortuniers au col de la Vazèze , au coeur des estives ! 

    - un bon repas au "Buron des Estives".

     

    COMPTE RENDU - BALADE MOTO DANS LE CEZALLIER  

    En arrivant sur Champeix , et aprés un petit café avalé, on s'engage rapidement sur la départementale 26 qui relie St Floret à Valbeleix . Agréable mise en bouche pour la journée , puisque les courbes qui s'enchainent longent la rivière "Couze"  à travers les gorges boisées de Courgoul.

    A la sortie du village , j'entraine alors la "p'tite jaune" vers le village de la Mayrand car j'avais dans l'idée de photographier la chapelle de Roche-Charles dont voici un cliché ( source http://www.rando-planetepuydedome.com ) :

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .  Avouez qu'elle est bien planquée tout de même !

    A force de tourner en rond ( mon tomtom nous a quelque peu perdu sur les petites routes Cantaliennes ) : on ne trouvera jamais la dite chapelle , et ceux malgré tous les efforts de Richard qui en appelle aussi au secours de son propre GPS .

    Il reste tant de choses à voir durant la journée , je ne veux pas retarder Richard et me jure donc de revenir sur les lieux ( à l'automne par exemple ) pour saisir un cliché similaire ..et ce n'est pas les quelques gravillons rencontrés qui vont me faire changer d'avis !

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .     LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .  

    Notre prochaine étape est le village de Saint -Alyre-ès-Montagne que l'on atteint en traversant la vallée de Rentières. Nos motos suivent donc la D36 jusqu'au prieuré au sommet du village .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    L'église , classée monument historique depuis 1986 , date du XIe siècle .

    Sur le tympan du portail Sud je découvre un curieux personnage nu ! 

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Coolapix me fait remarquer que c'est un hermaphrodite : je vous laisse juge ! 

    Quoi qu'il en soit ,  de là , la vue est superbe sur le Mont Chabrut et sa double bosse qui se dresse en face du prieuré. 

                            LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

     

    Un peu plus loin ,et au bout d'une petite piste,  on atteint avec nos trails les rives du lac de St Alyre .

    Ce lac, d'origine glacière , forme avec le lac d'en bas de la Godivelle une tourbière . Autrefois, les habitants venaient extraire des mottes de tourbe qui ,une fois séchées à l'air libre, étaient utilisées comme combustible l'hiver.

    Une tourbière est par ailleurs encore exploitée industriellement dans le Cézallier ( mais cette fois pour l'horticulture) : non loin de là , à Landeyrat.

     

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Des randonneurs de passage nous renseignent sur la piste qui longe le lac  ( Richard est à l'affut de tout bon plan pour le Bougnat-Moto-Tour 2013 même si je ne partage pas son enthousiasme pour le TT !  ) et malheureusement c'est un cul de sac ... on reprend donc la route.

    Et quelle route !  C'est celle du Col de Chamaroux : un enchainement de virolos au coeur des alpages .

    Il y a deux façons de l'aborder : comme Richard , sur un rythme "sénatorial" mais en profitant de la beauté des lieux ou comme moi ce jour là, sur un rythme plus soutenu à profiter de chaque courbe . 

    J'en veux pour preuve la vidéo de "Zedji" l'administrateur de l'excellent forum "des motards Auvergnats" qui m'a autorisé à l'utiliser pour illustrer cet article ( merci encore à lui ) :


    col de Chamaroux

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Aprés le col , on remonte sur les motos en direction de Marcenat pour se rendre au bout d'une route qui ne semble mener nulle part :

                    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .        LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .  

    Alors Moscou , Vladivostok ?

     

    Et non !  C'est le monastère de Marcenat au toits recouverts de cuivre étincelants .

    - j'en fais la réflexion à Richard : " c'est plutôt atypique pour la région ! " 

    - lui : " oui ,c'est pas orthodoxe ! " 

                   LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .        LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

     

    Pas grand monde à l'horizon ... je n'ai croisé que deux ânes ( non, je ne parle pas de nous !) qui etaient bien tranquille dans un pré derrière le monastère !  

                 LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    En quittant Marcenat on engage les roues de la Triumph et de la BMW sur la route d'Allanche .

    Si vous en avez le temps , je vous conseille de vous arrêter à la cascade des Veyrines ( à hauteur de l'embranchement pour Landeyrat) .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    C'est, selon moi, la plus belle cascade du Cezallier et donc l'un des plus beau coin du massif. Aux beaux jours ( et ceux malgré le panneau d'interdiction) il n'est pas rare de voir quelques promeneurs y faire trempette ... voir plonger depuis sa hauteur !

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

      LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

     En fait il est presque 13 H , il est donc grand temps de trouver de quoi se restaurer ! ça tombe bien , je connais une "bonne adresse" sur la route : le celèbre  buron des estives

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Bon, autant le dire tout de suite : les portions sont plutôt généreuses (on a eu du mal à finir les assiettes) et  l'endroit est trés frequenté , en tout cas en période estivale ...Du coup on est resté au moins 2 bonnes heures à table ! Il vaut mieux venir manger ici hors saison ..ils sont ouverts toute l'année.

     Au menu,  rien que du classique pour moi ( il faut bien ça à tout motard Auvergnat qui se respecte ) :

     

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Entrée : Bière + Assiette de charcuterie.   

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

     ensuite : bière ( toujours)  + truffade + ( gros) pavé de viande Salers sauce au bleu ( miam ) .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .  

    et pour finir ( j'en pouvais plus !  ) : tarte aux myrtilles et un peu de chantilly pour faire passer le tout ! 

     

     C'est donc bien repus que l'on ressort du buron pour prendre la direction du Signal du Luguet en passant par le col de la Vazèze ( D39 )  

    Cette départementale D39 est mon autre coup de coeur , tant on prend plaisir à virvolter d'un virage à l'autre entre le col des Fortuniers et celui de la Vazèze.

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    La départementale évolue parmi les prairies d'altitude ( entre 1110 et 1200 m)  , c'est ici que l'on "ressent" le mieux l'atmosphère du Cézallier . la route passe à proximité d'un lac de montagne aux eaux sombres , au loin apparaissent quelques burons comme "piquetés " sur les vallons herbeux brulés par le soleil ; ça et là,  des troupeaux de vaches Salers parsèment le paysage de taches rouges . 

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

     A hauteur du village d'Apcher , les plus aventureux pourront s'engager sur la piste qui monte au Signal du Luguet . pour l'avoir parcouru ( à pied) , cette piste est assez caillouteuse .

                                      LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    En poursuivant la route jusqu'à Anzat le Luguet ,  on arrive par la D721 jusqu'au Cirque d'Artout .

    Cette vallée  s'est formée il y a quelques 20 000 ans , creusée par un glacier  ( on retrouve des moraines sur ses flancs). 

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

     

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Puis quelques centaines de mètres plus loin au pied du Signal du Luguet. 

    Vous avez alors atteint le point culminant du Cezallier ( 1551 m)  , pays des vaches rouges .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Voici la vue que l'on a du sommet du Signal du Luguet :

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Le Cezallier me fait alors penser à une mer intérieure : des vagues de collines qui dessinent un paysage ondulant .

    Il est alors prés de 18 H , je salue alors Richard car nos routes se séparent au pied du Luguet , il part explorer la région de Mandailles ; de mon coté je retourne sur Massiac vers la maison de mes parents .

    Sur le chemin du retour je ne peux m'empêcher de retourner sur la route du col de la Vazèze pour saisir encore quelques clichés de cet endroit magnifique. C'est l'heure de la traite des vaches . Les jeunes éleveurs sont à la besogne pendant que les plus anciens surveillent  la traite de la reine des estives.

    voici mes derniers clichés de la journée : 

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    LE CEZALLIER A MOTO : LA ROUTE DES BURONS .

    Après avoir reçu cette carte postale du "pays des burons" , il ne vous reste plus qu'à venir le découvrir par vous même...

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires